Lutte pour l’indépendance : le Rassemblement Démocratique Africain (1946)

 

Le Rassemblement démocratique Africain (RDA) est une fédération de partis politiques africains fondée officiellement au Congrès de Bamako (18-21 octobre 1946) par Félix Houphouët-Boigny, qui deviendra ministre dans le gouvernement français et le premier président de la république de la Côte d’Ivoire à son indépendance et Modibo Keïta, qui deviendra le premier président du Mali indépendant.

Manifeste du RDA annonçant la conférence de Bamak

Manifeste du RDA convoquant la conférence de Bamako

Les signataires du manifeste

Félix Houphouet-Boigny

Félix Houphouet-Boigny

Lamine Gueye

Lamine Gueye

Jean-Félix Tchicaya

Jean-Félix Tchicaya

Marcellin Sourou Migan Apithy

Marcellin Sourou Migan Apithy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Filly-Dabo Sissoko

Filly-Dabo Sissoko

 

Yacine Diallo

Yacine Diallo

Gabriel D'arbousier

Gabriel D’arbousier

L’affiliation du RDA auParti communiste français (PCF), seul parti politique métropolitain présent à Bamako, provoque l’opposition de nombreux partis territoriaux africains et de nombreuses tracasseries de la part de l’administration coloniale française.

Le 8 mai 1950, le RDA annonce finalement sa désaffiliation du PCF et son rapprochement avec l’Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR) facilité par René Pleven.

Plusieurs partis politiques de l’Afrique, tel que l’UPC du Camerounais Ruben Um Nyobe, s’affilieront puis se désapparenteront du RDA en raison de ses choix ultérieurs.

Partis politiques constituant le RDA

  • Côte d’Ivoire : Parti démocratique de Côte d’Ivoire
  • Haute-Volta (actuel Burkina Faso) : Parti démocratique voltaïque, puis en 1957 Union démocratique voltaïque
  • Soudan français (actuel Mali) : Union soudanaise
  • Cameroun : Union des populations du Cameroun (jusqu’en 1951)
  • Sénégal : Union démocratique sénégalaise
  • Guinée : Parti démocratique de Guinée, qui fut le parti de Ahmed Sékou Touré
  • Niger : Parti progressiste nigérien
  • Tchad : Parti progressiste tchadien
  • Moyen-Congo : Parti progressiste congolais, remplacé en 1958 par l’Union démocratique de défense des intérêts africains
  • Gabon : Comité mixte gabonais, puis en 1954 Bloc démocratique gabonais

Pour une nouvelle économie africaine

Lors de son congrès à Bamako de 1957, son rapport économique constate la faiblesse du revenu national africain. « Le revenu quotidien d’un habitant des territoires d’outre-mer est en moyenne de cent francs ; le même revenu pour un habitant d’un pays d’Europe moderne est de mille francs ». Il fait aussi état de la différence de revenu entre le fonctionnaire, l’ouvrier et le paysan ; entre les territoires côtiers et ceux de l’intérieur.

L’objectif du R.D.A. est donc d’augmenter le revenu national africain pour élever le niveau de vie des populations. Par des actions immédiates, la transformation des économies africaines en économies modernes, la liquidation des séquelles du pacte Colonial, l’intégration progressive de l’économie africaine dans de plus vastes ensembles.

*******************

Mémoire de maîtrise consacré au RDA

Ibrahima Thioub

Ibrahima Thioub est Professeur d’Histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Il compte aujourd’hui parmi les meilleurs spécialistes de l’histoire sociale et culturelle de l’Afrique. Depuis Dakar, où il n’a jamais cessé d’enseigner et de s’engager au sein de la communauté scientifique locale, il porte une voix originale et forte dans les débats contemporains sur la place de l’Afrique dans le monde.

Etudiant en histoire à l’université de Dakar, il a consacré son mémoire de maîtrise d’histoire en 1981-1982 au RDA

On pourra en prendre connaissance en suivant le lien suivant : Thioub_RassemblementDemocratiqueAfricain

*******************

D’autres documents en cliquant ICI