1964 – Expulsion massive vers Brazzaville de congolais rive droite résidant au Congo Leopoldville

RAPPEL

Congo belge, aux élections législatives de 1960, le CONAKAT prit le contrôle de la province du Katanga. La République démocratique du Congo devint indépendante, Moïse Tshombe et le CONAKAT déclarèrent la sécession de la province du reste du Congo le 11 juillet 1960. De graves troubles ethniques éclatèrent alors. Il y eut de nombreux morts.

Chrétien, anti-communiste, pro-occidental, Moïse Tshombe fut élu président du Katanga en août 1960, annonçant : « Nous faisons sécession du chaos » (en référence aux troubles apparus dans le pays dès la proclamation de l’indépendance). Certains analystes pensent que Tshombe fit sécession pour n’avoir pas été invité à participer au gouvernement présidé par Patrice Lumumba.

Souhaitant la continuation des liens privilégiés avec la Belgique et notamment avec l’Union minière du Haut Katanga, Tshombe demanda au Gouvernement belge une aide pour constituer et former une armée katangaise, et reçut un soutien important de l’ancienne métropole coloniale, conduisant à une détérioration notable des relations entre le nouvel état indépendant du Congo et le gouvernement belge.

La France voulant profiter elle aussi de minerais katangais, envoya à Moïse Tshombe le renfort du mercenaire Bob Denard et de ses hommes.
Isolé, le Premier ministre Patrice Lumumba laisse entendre qu’il pourrait demander l’aide soviétique. Il est arrêté en septembre 1960 suite aux divergences entre lui et le PrésidentJoseph Kasa-Vubu appuyé par le chef de l’armée Joseph Mobutu.

Le gouvernement congolais livre finalement son prisonnier au gouvernement Katangais de Moïse Tshombe, le 17 janvier 1961. Il meurt le même soir dans des circonstances abominables. Son corps sera dissous dans l’acide par des mercenaires européens. Tschombe niera toute implication.

Peu après la mort de Lumumba, les relations furent rompues entre les gouvernements congolais et katangais, et la guerre reprit.

Les Nations unies mirent deux ans à reprendre le contrôle du Katanga pour le compte du Gouvernement congolais, contraignant Moïse Tshombe à l’exil.

En 1964, il est rappelé par le Président Kasa-Vubu pour composer le nouveau gouvernement de coalition. Il prend la décision d’expulser de Kinshasa les Congolais de Brazzaville.

Le document vidéo que vous pourrez voir en suivant le lien qui suit, provient des archives de l’INA, c’est un reportage du magazine de la RTF « 5 colonnes à la une » dont seuls se souviendront les aînés.

En voici la présentation :

« Exode à LEOPOLDVILLE où le président TSCHOMBE a expulsé 200 000 à 300 000 personnes, originaires du MALI ou du CONGO BRAZZAVILLE qui étaient installées à LEOPOLDVILLE depuis plus de vingt ans.La situation est très critique à BRAZZAVILLE, de l’autre côté du fleuve où les réfugiés affluent en masse.- Interview du président TSCHOMBE sur sa décision.- Interviews et témoignages sur la situation précaire au CONGO pour survivre.En marge de ces difficultés, chez les Européens installés au CONGO, la vie continue : les boutiques, les cabarets, les boîtes de nuit, etc… et la police protège les blancs. »

http://www.ina.fr/video/CAF89023462

IMAGES FIXES DE L’EXODE