Augustin Poignet (1928-2008) – Président intérimaire du Congo du 2 au 4 août 1968

Augustin Poignet et Simon-Pierre Kikhounga-Ngot

Augustin Poignet et Simon-Pierre Kikhounga-Ngot

Né le 28 avril 1928 à Sibiti et décédé à Paris le 26 juin 2008, Augustin Poignet était aviateur et officier de l’armée française avant l’indépendance. Lorsque le Congo accède à l’indépendance le 15 août 1960, il devient l’un de ses rares officiers avec le grade de lieutenant.

Dans la nuit du 13 au 14 mai 1968, un commando de mercenaires menés par le français Jacques Debreton fait irruption au domicile du lieutenant Portella. Ils le contraignent à les conduire auprès du lieutenant Augustin Poignet, secrétaire d’Etat à la défense. Une ruse des deux militaires congolais déjouera cette tentative de coup d’Etat et permettra l’arrestation des membres du commando.

Le 2 août 1968, à 16h30, le Président Massamba-Débat s’éclipse du palais présidentiel et disparaît. On le dit tour à tour à Boko, Kinkala et Bacongo. Le 3 août, trois communiqués sont publiés invitant le chef de l’Etat à rejoindre le palais, nommant le capitaine N’Gouabi au poste de commandant en chef et le lieutenant Louis Sylvan Goma à celui de chef d’Etat-major général, désignant le lieutenant Augustin Poignet, secrétaire à la Défense, comme président de la République en l’absence du président Massamba-Débat. Le président regagne la palais le 4 août pour négocier avec les militaires. Fin de l’interim Poignet.

Impliqué dans de nombreux coups d’Etat, dont celui de Pierre Kinganga en mars 1970, Augustin Poignet s’exile en 1973.
Il reviendra au Congo, à la faveur de la conférence nationale.

Augustin Poignet a été ministre de la Défense et président du Sénat du Congo (entre 1992 et 1997, sous le régime de Pascal. Lissouba).