Bande dessinée : Madame Livingstone revisite l’histoire coloniale du Congo

In adiac-congo.com

La nouvelle œuvre de Barly Baruti et Christophe Cassiau-Haurie est parue le 2 juillet aux éditions Glénat.

L’histoire de la BD (bande dessinée) se déroule en Afrique centrale où, pendant la première guerre mondiale, le jeune lieutenant belge Gaston Mercier est chargé de couler un cuirassé allemand sur le lac Tanganyika. À cette occasion, il rencontre  Mme Livingstone, guide autochtone métis surnommé ainsi à cause de son kilt qu’il porte élégamment, mais aussi parce qu’il prétend être le fils du célèbre explorateur. Livingstone est rusé, habile et au fait de tout ce qui peut se tramer autour du lac. Petit à petit, alors que la guerre entre puissances coloniales belge et allemande fait rage au cœur du continent noir, le jeune pilote belge va essayer d’en apprendre un peu plus sur l’histoire « Madame Livingstone ».

Barly Baruty, autoportrait

Barly Baruty, autoportrait

 L’histoire mêle aventure et amitié sur fond de Première guerre mondiale en Afrique. La réalité des lieux est magnifiquement restituée par le dessin de Barly Baruti, en couleurs directes. L’album est prolongé d’un cahier bonus de seize pages éclairant sur le contexte historique.

« Je l’ai traité à la manière d’un roman graphique. J’ai fait énormément de crayonnés d’études des personnages, de décors, d’objets… Mais une fois les images au crayon placées sur la planche originale, je ne revenais plus dessus avec une gomme et je passais directement à la couleur. Des fois j’aboutissais mon dessin par l’encrage des contours, souvent pas » a expliqué le bédéiste congolais surfumetti.over-blog.com. « Barly Baruti peint magnifiquement les paysages du grand Tanganyika. Des parures des femmes aux aurores, les aquarelles sont superbes, et si la reconstitution est précise, son Congo de 1915 respire la vie et l’instant. Le parcours personnel de Livingstone donne un supplément d’âme à cette très belle aventure », indique sudouest.fr

Pour Barly Baruti, en Afrique, face à l’autoroute des médias et la grande littérature, la BD se positionne comme une passerelle entre les deux mondes. « Aujourd’hui bien d’auteurs africains explosent leurs talents, exposent et proposent leurs œuvres. On a beaucoup de choses à dire», a-t-il expliqué.

 

Patrick Kianimi

Pour consulter la page de cet album chez l’éditeur : http://www.glenatbd.com/bd/madame-livingstone-9782723497190.htm
Pour en apprécier quelques planches : http://www.glenatbd.com/bd/livre/madame-livingstone-9782723497190.htm#page/1/mode/2up

NDLR :

Glénat est un éditeur de bande dessinée majeur et probablement le meilleur pour ce type d’ouvrage traitant de d’histoire à travers la fiction (n’a-il pas entre autres été l’éditeur d’ « Opération overlord », des « Sept vies de l’épervier », des « Passagers du vent » et de tant d’autres albums ou séries dans la même philosophie éditoriale…

Barly Baruty a la chance d’entrer dans l’univers de la BD internationale par la grande porte.Sa collaboration avec Christophe Cassiau-Haurie qui a dirigé (et dirige peut-être encore l’Harmatan BD) lui a certainement facilité l’ouverture des portes. On ne peut que s’en réjouir pour ce très talentueux dessinateur.

Du scénario, nous ne pouvons rien dire puisque nous n’avons pas lu cet ouvrage. Nous sommes cependant impatients de le feuilleter.

Nous en espérons que d’autres artistes sous régionaux tout aussi brillants emboiteront le pas.