Etnomusicologie : La mission Ogôoué-Congo (1946)

Noël Ballif en séance d'enregistrement durant la mission

Au sortir de sa formation initiale à l’institut d’ethnologie de Paris, Noël Ballif organise et dirige en 1946 la Mission Ogoué-Congo, patronnée par les ministères de la France d’outre-mer et de l’éducation nationale.

Noël Ballif en séance d’enregistrement durant la mission

Cette expédition comprend deux groupes (ethnologie et préhistoire) qui effectueront des itinéraires parfois différents (cf. carte ci-jointe). De nombreuses personnes (scientifiques, ingénieurs et cinéastes) y participent dont Noël Ballif, Gilbert Rouget, André Didier (CNAM), Nief, Jacques Dupont, Pierre-Dominique Gaisseau, Edmond Séchan (assistant de P-D. Gaisseau).
Les pygmées de la grande forêt par Noël Ballif, L'Harmattan 1992Les pygmées de la grande forêt par Noël Ballif, L’Harmattan 1992La mission Ogoué-Congo, expédition scientifique chez les pygmées de la Sangha au Congo et Gabon, connaît un important retentissement. Elle incite en effet le Président Vincent Auriol à créer en 1948 le Prix Liotard de la Présidence de la République pour récompenser les travaux d’équipes ou de chercheurs individuels et suggère à Jacques Becker le sujet de son film Le Rendez-vous de Juillet en 1949.
De la Mission Ogoué-Congo, Noël Ballif rapporte 120 objets pour le musée de l’Homme mais aussi 600 enregistrements sonores, 3000 photographies et plusieurs films dont Aux pays des Pygmées qui sera primé au 1er congrès international du film ethnographique de 1947. Ce film, réalisé par Jacques Dupont, est sonorisé avec les enregistrements effectués sur le terrain.
Danseurs de Dieu par Noël Ballif, Hachette 1954Danseurs de Dieu par Noël Ballif, Hachette 1954Cette mission tient un rôle particulier dans la vie de Noël Ballif. Sujet de l’ouvrage Les danseurs de Dieu qui sera traduit dans plusieurs langues (Hachette, 1954), elle constitue aussi le point de départ de ses recherches futures à l’EHESS, qui aboutiront à l’obtention du titre de Docteur en ethnologie en 1981 pour son travail intitulé Analyse critique et synthèse des connaissances sur les pygmées africains ; puis un DEA de linguistique en 1986 consacré aux Eléments de linguistique recueillis chez les babenga de la Sangha – région d’Ouesso, République populaire du Congo, 1946-1982.

Le lien suivant donne accès à la totalité des enregistrements audio rapportés par la mission. Ils ont été numérisés Par le CREM-CNRS (Centre de Recherches en EthnoMusicologie).

http://archives.crem-cnrs.fr/archives/collections/CNRSMH_I_1946_001/

Quelques participants :

Noël  Ballif, ethnologue français (Paris : 28 décembre 1922 – 6 juin 1993), s’est intéressé à de multiples peuples, il est surtout connu pour son travail sur les pygmées et pour avoir participé à la mission Ogooué-Congo,en 1946. De cette mission, il a ramené 120 objets mais aussi 600 enregistrements sonores, 3000 photographies, et, plusieurs films dont Aux pays des Pygmées réalisé par Jacques Dupont qui sera primé au 1er congrès international du film ethnographique de 1947. Ce fond sera donné au musée duquai Branly.

Gilbert Rouget, né le 9 juillet 1916 à Paris, est un  ethnomusicologue  français. Docteur ès lettres, ancien directeur de recherche au CNRS, il fut directeur du département d’ethnomusicologie au Musée de l’Homme.

Hormis trois brèves missions, au Brésil (1948), en Tchécoslovaquie (1950) et aux Açores (1956), elles ont toutes eu pour destination l’Afrique. Au total, 17 missions de durées très diverses, dont quelques-unes de six mois. La première se déroula en 1946 au Moyen-Congo et au Gabon, les suivantes, entre 1952 et 1987, eurent pour destination l’Afrique occidentale, principalement le Bénin (ancien Dahomey), mais également le Nigeria, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, la Guinée,le Mali et, en 1964, le Maroc berbère.

L’objectif de ces missions d’ethnomusicologie a constamment été le recueil des pratiques musicales traditionnelles des populations visitées, avec en tout premier lieu celles menacées de disparaître ou de se transformer sous la pression de la modernité, la collecte consistant naturellement en enregistrements sonores complétés par des photographies ou des films et, s’y rapportant, en recherches ethnomusicologiques parfois extrêmement approfondies.

Tous pays confondus, la documentation ainsi recueillie concerne les traditions musicales de 42 populations (ou ethnies) différentes, réparties, de l’Équateur au Maghreb,entre 8 pays d’Afrique de l’Ouest. À présent intégralement numérisée, cette documentation se présente sous la forme de 350 CD.

Jacques Dupont, réalisateur français, (21 avril 1921, Ruelle-sur-Touvre [Charente] – 10 mars 2013 à Crozon [Finistère] ). Jacques Dupont réalise son premier film en 1946, Au pays des Pygmées, une aventure pour l’époque, que Noël Ballif a bien décrite dans son ouvrage Les Pygmées de la Grande Forêt.

En 1961 Jacques Dupont est incarcéré à la prison de la Santé à Paris, puis placé en rétention administrative au camp de Saint-Maurice-l’Ardoise dans le Gard, en raison de son implication dans le Complot de Paris du général Faure, censé relayer en métropole l’action du putsch d’Alger du 21 avril 1961.

Francis Mazière,  ethnologue et archéologue français, (Carpentras : 24 mai 1924 – 18 septembre 1994), fit à 23 ans sa première expédition dans le cadre de la Mission Ogôoué-Congo.

Il se sépara des anthropologues des bureaux du Musée de l’Homme et poursuivit sa carrière.

Francis Mazière s’est fait connaître en raison de ses travaux sur l’île de Pâques perdue au milieu du Pacifique. Il y a vécu deux ans pour tenter de percer ses énigmes.

Il a longtemps été directeur de collection chez l’éditeur Robert Laffont.

Pierre-Dominique Gaisseau, né en 1923 à Charleville-Mézières et mort le 22 octobre 1997 à Paris, est un documentariste français.
En 1962, il a gagné l’Oscar du meilleur film documentaire avec Le Ciel et la Boue.
Son fonds d’archives sonores qui comprend les enregistrements inédits (et leurs versions éditées) qu’ii a collectés (ou en collaboration avec lui) en Afrique (mission Ogooué-Congo 1946, Guinée 1952-1953), en Amérique du Sud (mission Orénoque-Amazone 1948-1950) et en Papouasie-Nouvelle (1952-1957, dates à confirmer), sont conservés par le Centre de Recherche en Ethnomusicologie.

Audiodocument (source INA) du 19 sept. 1947
http://www.ina.fr/audio/PHD85023713

A l’occasion du 70ème anniversaire des machines parlantes, Jean THEVENOT présente cette émission qui porte sur les enregistrements réalisés lors d’une mission chez les Pygmées en Afrique équatoriale. 

Contenu :

A 1’15 » : introduction de Jean THEVENOT sur l’utilisation du disque pour sonoriser un film. Il présente ensuite le thème de l’émission qui est la mission « Ogoué – Congo » sur le territoire des Pygmées.
Avec lui, en studio, on trouve ceux qui ont participé à cette mission, c’est à dire Noël BALLIF, secrétaire général du groupe Liotard, Gilbert ROUGET, musicologue au Musée de l’Homme, et André DIDIER du laboratoire de téléphonovision au Conservatoire des Arts et Métiers.
A 2’40 », Noël BALLIF : le but anthropologique de cette mission, l’enregistrement de sons et d’images.
A 3’30 », André DIDIER : l’importance de l’enregistrement du son lors de cette mission ; la synchronisation avec l’image ; l’enregistrement sur disque était plus pratique ; la rencontre avec les Pygmées au nord de Brazzaville, dans la région de Ouesso ; le voyage en camion.
A 6′ : diffusion du disque « Chérie » enregistrement lors de cette mission (45 »).
A 7′ : diffusion d’un chant guerrier (50 »).
A 8′ : l’arrivée chez les Pygmées ; le transport du matériel grâce à des porteurs et des guides ; les Pygmées sont mal considérés ; la cuisine des Pygmées (des chenilles « au goût de noisettes ») ; séjour de huit semaines chez les Pygmées, un peuple de chasseurs (l’activité de chasse au filet)
A 12’40 » : chant d’enfants partant à la chasse (20 »).
A 13’10 » : chant d’hommes adultes partant à la chasse (35 »).
A 14’20 » : la taille des Pygmées.
A 15’25 » : chant d’une femme Pygmée (la valeur magique de ce chant avant la chasse) (20 »).
A 15’45 » : les difficultés pour enregistrer les Pygmées ; la familiarisation des Pygmées avec les appareils d’enregistrement ; le succès des chansons de Ninon VALIN.
A 18’45 » : interview de femmes Pygmées et traduction (1′).
A 20’10 » : enregistrement d’un Pygmée (chef de village) (1′).
A 21’40 » : le retour de la mission, la descente de l’Ogoué en pirogue.
A 22’20 » : enregistrement du chant d’un pagayeur qui chante les difficultés du piroguier.
A 23’58 » : musique et désannonce.