Extrait d’un rapport BAD PNUD de 1992 sur le potentiel hydraulique du Congo Par Nicolas Rouzé

Le Barrage du Djoué

Le Barrage du Djoué

Je suis totalement impressionné par le nombre de sites de barrages qui avaient été évoqués. Ils ont certainement fait l’objet d’études, même sommaire ou partielle.

Le potentiel industriel, technique et humain est extraordinaire. On imagine l’émergence d’une industrie congolaise dans l’hydroélectricité!

Avec tout ces sites, c’est une chance.

N.R

Les potentialités hydroélectriques du Congo sont très importantes, puisque les sites actuellement reconnus totalisent environ 2250 MW, soit une production annuelle de plus de 20 milliards de kWh.

Les sites les plus importants sont :

  • Sounda sur le Kouilou, dont les travaux préliminaires furent débutés il y a trente ans, pour 1000 MW,
  • Rapides Chollet sur le Dja, pour 600 MW
  • Imboulou sur la Léfini, pour 100 MW,
  • la Foulakary, pour 60 MW.

Au plan technique, pour les années 90, la SNE envisage d’entreprendre les actions suivantes:

  • étendre son réseau de transport à la partie nord du pays, où la production et la distribution se font encore à partir de petites centrales thermiques isolées,
  • remplacer le thermique dans cette partie nord par de l’hydraulique, grâce à la construction de mini et micro-centrales hydroélectrique,
  • développer la puissance disponible nationale, afin d’assurer l’indépendance énergétique du pays,
  • développer la coopération régionale en matière d’électricité grâce aux interconnexions de réseaux,
  • augmenter le taux de desserte nationale.

La prévision des puissances de pointe appelées (en MW) pour les prochaines années est la suivante:

HE

Nous reproduisons ci-dessous un inventaire des sites de barrages reconnus dans l’ensemble du pays, dont le total du potentiel Inventorié et exploitable est estimé aujourd’hui à 2250 MW:

sites-page-001

Cet inventaire, bien que non exhaustif, puisque tout le pays n’a pas été investigué, illustre l’exceptionnel potentiel hydroélectrique du Congo.


A noter qu’une estimation a été réalisée bien plus tôt alors qu’Antonetti était gouverneur général donc entre 1924 et 1934. On pourra la lire en ouvrant ce PDF : inventaire des forces hydrauliques au congo