« FÉTICHEURS ET MÉDECINES TRADITIONNELLES DU CONGO (BRAZZAVILLE) » par Armand Bouquet – 1969

Montage Ya Sanza à partir de photos du document.

Montage Ya Sanza à partir de photos du document.

La République du Congo-Brazzaville est de tous les pays francophones d’Afrique tropicale celui dont la flore est la moins bien connue : pourtant, du fait de sa position géographique, de la nature de son sol et de son climat, elle possède une végétation extrêmement variée alliant divers types de savanes à des formations forestières très différentes. Par ailleurs, à part les Kongo nord-occidentaux, aucun des autres groupes ethniques n’a fait l’objet de monographies importantes; ils sont eux aussi bien mal connus. Enfin on ne sait rien ou presque de la médecine traditionnelle et des drogues dont les féticheurs congolais se servent journellement.
Dans ces conditions, une étude ethno-botanique des plantes médicinales doit s’avérer extrêmement fructueuse : elle contribuerait à la connaissance de la flore locale et en préciserait les applications médico-magiques : elle permettrait de sauver un certain nombre d’acquisitions ancestrales menacées par l’évolution d’un pays pour lequel ces choses ne sont ni vitales ni primordiales.
En dressant un catalogue des végétaux congolais physiologiquement actifs ce travail pourrait amener chimistes et physiologistes à les étudier et, peut-être, à y découvrir des produits nouveaux susceptibles d’entrer dans l’arsenal thérapeutique moderne. Cette éventualité pourrait avoir d’heureuses répercussions sur l’économie congolaise pour la vente de produits de cueillette d’abord, par le développement de cultures nouvelles ensuite et peut-être un jour par l’installation sur place d’une industrie chimique d’extraction et de transformation.

Lire en PDF

Lire en Yumpu