La mission Gendron au Congo français (1899-1900)

Maurice Zimmermann – Annales de Géographie – 1901 – Volume 10 – Numéro 51

Les opérations topographiques nécessitées par le partage du Congo français en grandes concessions ont amené un progrès marqué des connaissances géographiques. Chaque société concessionnaire exécutera désormais des levés sur le canevas géodésique qu’ont fourni nos officiers. C’est la mission du commandant Gendron qui, depuis juin 1899, a travaillé à établir le canevas.Trois brigades se sont partagé le pays entre l’Ogôoué et l’Alima au N., le Niari Kouilou au S. Le lieutenant Jobit a étudié la valeur navigable du Ngounié, affluent de l’Ogôoué, comme voie destinée à suppléer le cours supérieur de ce fleuve, reconnu impraticable. Le Ngounié, rivière comparable à la Loire par son volume d’eau, son peu de profondeur, sa largeur qui atteint 1200m., est barré par des rapides en amont de Chute-Samba, puis redevient navigable sur 158 km. L’importance de cette rivière consiste surtout en ce que ses hauts tributaires descendent d’un massif mamelonné et raviné appelé le pays des Bandjabis, qui serait, par excellence, le pays producteur du caoutchouc, et qu’habite une population assez active, à la fois agricole et commerçante. La plus grande difficulté qu’aient rencontrée les entreprises de colonisation a toujours été jusqu’à présent la paresse, l’anarchie, le défaut de besoins des tribus. Dans le bassin de la Lolo, affluent N.-S. de l’Ogôoué, le massif des Banjabis atteint jusqu’à 900 et même 1050 m., et la température s’y abaisse jusqu’à 10° pendant la nuit. Tout le pays, depuis Libreville jusqu’au Leyou (10°et demi long. E.), n’est qu’une forêt ininterrompue.

Le résultat de l’exploration a été défavorable aux espérances conçues à propos du Ngounié. Il sera impossible d’utiliser cette voie pour atteindre la position, aujourd’hui très isolée de Franceville.

Mission Gendron au Congo français : Explorations de la brigade Jobit(La Géographie, III,1901,n°3, p 181-192)

On pourra lire en suivant ce lien http://visualiseur.bnf.fr/CadresFenetre?O=NUMM-37742&I=100&M=tdmp.89-96, le récit du Lieutenant Demars qui dirigeait une autre brigade de la mission Gendron.