PATRIMOINE : Cinq grottes historiques susceptibles d’attirer des touristes dans la Bouenza

Une mission du ministère de la Culture et des arts a procédé, dans la Bouenza, au sud-ouest du Congo, à l’identification des grottes pouvant, en raison de leur historicité, aider à la promotion de l’industrie touristique nationale.

La grotte de Boko-Songho, par exemple, servait de lieu de refuge aux croyants de l’Église kimbanguiste à l’époque de la razzia coloniale. Celle de Siloa, dans le district de Mfouati, a servi pendant longtemps à des scènes de purification aux adeptes de l’Église évangélique du Congo. Autant d’atouts culturels, susceptibles d’intéresser des partenaires étrangers attachés au développement du tourisme, a estimé le directeur général du Patrimoine et des archives, Samuel Kidiba, qui a conduit la mission ministérielle dans la Bouenza.

Le Congo dispose d’atouts en la matière et il faut les classifier pour leur mise en valeur. « Il est vrai qu’au Congo, on trouve énormément de grottes. Dans les zones montagneuses des départements de la Bouenza, la Lékoumou, le Kouilou et une partie du Niari, il y en a de plus captivantes. Cependant, il ne suffit pas d’avoir des grottes, encore faut-il qu’elles présentent des caractéristiques monumentales et une portée historique. Les montagnes aussi peuvent être classées dans la même catégorie »

Kevin Modeste Kianguebeni